L'homme qui aimait trop les livres, Alice Hoover-Bartlett

l'homme qui aimait trop les livres allison hoover bartlett.png
 

Résumé éditeur :

Un voleur de livres rares, un libraire obstiné, l’histoire d’une traque haletante entre deux amoureux du livre.
Jusqu’où iriez-vous pour mettre la main sur le livre de vos rêves ? Mieux encore, jusqu’où iriez-vous pour avoir une bibliothèque remplie de vos livres préférés ?
John Gilkey est l’un des voleurs de livres les plus prolifiques de sa génération. Jusqu’en 2003, il a dérobé près de 200 000 dollars de livres anciens. Son but, réunir une collection à son image. Dès lors, comment attraper un voleur qui ne subtilise des livres que pour compléter sa propre bibliothèque ?

C’était sans compter sur la ténacité de Ken Sanders, libraire de livres anciens irascible à Salt Lake City, qui s’improvise détective et se surnomme biblioflic. Des personnalités hautes en couleurs. S’ensuit une longue poursuite entre un voleur obsessionnel et un libraire obstiné prêt à bondir au moindre faux-pas.

À travers le récit de cette traque unique en son genre, Allison Hoover Bartlett nous plonge dans l’univers fascinant du livre ancien en se posant toujours cette question : de quoi serions-nous capables nous aussi par amour des livres ?

infos :

  • traduit par : Cyril Gay

  • publié chez : Marchialy

  • paru le : 04/10/2018

  • pages : 311 pages

 

Avis de lecteurs :

Vrai coup de cœur pour ce livre, même si c’était plutôt mal parti.
En me décidant pour ce livre, je pensais tomber sur une fiction... mais non, c’est une enquête journalistique menée par l’auteur sur un voleur de livres anciens assez bien connu aux USA : John Gilkey. Alice Hoover Bartlett nous entraîne donc dans le monde du livre rare et ancien et là, du bonheur à l’état pur pour tous les amoureux du livres. Certes, ce n’est pas un livre spécialisé sur le domaine mais il nous propose une bonne entrée en matière, un premier aperçu vraiment fascinant.
Le prix astronomique des premières éditions, les collectionneurs, quelques librairies spécialisée (aux USA, en particuliers en Californie).
Bref, ça donne terriblement envie d’aller fouiner dans nos bouquineries pour y dénicher quelques pépites (bien que ce ne soit pas un hobby d’amateurs).

Pour ce qui est de notre voleur, ce n’est pas ce qui est le plus intéressant pour moi mais, il donne à réfléchir sur l’importance et la valeur des livres dans le monde d’aujourd’hui et sur la relation que nous pouvons entretenir avec eux...
— Indra - La Petite Bouquinerie